Show Navigation

Copenhague et la cuisine danoise

Le 11 mai 2015

Loin de moi l’envie de parler politique sur ce blog mais tout de même, je ne dois pas vivre sur la même planète que ceux qui suggèrent de supprimer des jours fériés de mai. Quel bonheur ces longs week-ends ! Que le soleil soit présent ou non, que l’on parte ou pas, ça reste des périodes attendues par tous. Chaque année, avec mon copain, nous nous réservons un de ces week­-ends pour découvrir une grande ville européenne. Et cette année, notre choix s’est porté sur une destination qui nous trottait dans la tête depuis un petit moment : Copenhague ! Cette ville avait tout pour nous attirer : une réputation de ville verte pour flatter notre côté écolo (hum, oui, nous y allons pourtant en avion…), un centre à taille humaine pour pouvoir tout faire à pieds, avec ce design et cette architecture nordiques que j’aime tant et, enfin, une cuisine danoise à découvrir. Résultat : j’ai déjà envie d’y retourner… Copenhague est vraiment une ville très agréable à vivre, bien que relativement chère.

La première chose qui saute aux yeux lorsqu’on arrive en ville c’est le nombre de vélos. Il y en a partout ! Ils occupent toute la place sur les trottoirs, forment des embouteillages aux feux des artères principales, défilent les uns après les autres devant nos yeux, c’est un ballet incessant de roues qui tournent et tournent encore. En fait, ce n’est absolument pas spécifique à Copenhague, c’est un point commun que partagent la plupart des pays d’Europe de l’est et du nord. Mais à nous, pauvres parisiens avec nos velibs accidentogènes, ça fait toujours de l’effet. Nous avons également été étonnés par leur résistance au froid. Le vendredi après-midi a été le moment le plus doux, la température devait avoisiner les 17 degrés, le vent était froid mais le ciel dégagé et le soleil semblait vouloir nous prouver que ces rayons étaient surpuissants au nord de l’Europe et, à travers nos yeux plissés et endoloris, nous pouvions nettement voir ces descendants de vikings en débardeurs, shorts et robes, bref, toute peau dehors. Nous qui ne sommes pourtant pas frileux étions quand même en manteau d’hiver et écharpe… ce qui ne nous a pas empêché de profiter des nombreux parcs et lacs que la ville propose, ni d’apprécier nous promener dans les rues, à admirer cette architecture scandinave si agréable. Et puis peut-être notre vision était biaisée par le fait que nous étions en vacances mais toutes les personnes que nous avons rencontrées étaient d’une amabilité exemplaire. Prévenants, le sourire au visage, qu’est-ce que c’était plaisant. Et tous parlaient anglais ! De la serveuse de supermarché au vendeur de légumes en passant par la peintre en bâtiment. Oui, car nous en avons rencontré une. Elle repeignait les fenêtres extérieures de l’appartement que nous avions loué par Airbnb, au 4e étage d’un bel immeuble, et notre propriétaire ne semblait absolument pas choquée par le fait que cette inconnue rentre chez elle par la fenêtre pour aller ouvrir puis fermer la porte fenêtre. Même en son absence. Il y a de nombreux points communs entre nos deux pays mais c’est à ça qu’on voit qu’on est quand même à l’étranger…

Et si maintenant je vous parlais de cuisine danoise ? La cuisine danoise traditionnelle n’est pas connue pour être particulièrement raffinée. Pendant des siècles, les danois se nourrissaient de la manière suivante : Le petit-­déjeuner, qui se devait de tenir au corps, consistait principalement à avaler un bol de porridge. Au déjeuner ils se préparaient des smørrebrøds, sortes de sandwiches ouverts : une tranche épaisse de pain de seigle, bien noir, qu’on tartine de beurre et sur laquelle on fait reposer du poisson (généralement du hareng), de la charcuterie ou du fromage. Le diner, pris vers 18h, permettait de manger des plats plus copieux : soupe de pois cassés, bouillie de pain de seigle à la bière, boudin noir, pommes de terre, etc. Ces traditions ont quelque peu volé en éclats dans la seconde partie du 20e siècle, mises à mal par l’essor des fast-foods et des supermarchés. Depuis quelques années pourtant, les danois cherchent à se réapproprier leur cuisine et déploient tout leur talent pour la moderniser et remettre les produits du terroir sur le devant de la scène. Le smørrebrød est devenu un véritable emblème national que les chefs déclinent au gré des saisons et des inspirations. Noma, un restaurant du port de Copenhague, a d’ailleurs été élu meilleur restaurant du monde dans la liste annuelle des « 50 Best » ! Le porridge autrefois ringard devient bobo, comme en témoigne le succès de la chaîne Grød (excellente, on a testé ! ). On trouve des primeurs un peu partout, exposant leurs fruits et légumes sur les trottoirs, au milieu des rues piétonnes. J’ai été réellement enchantée par la fraîcheur des sandwichs et salades que j’ai pu goûter. Là où je mettrai un petit bémol, c’est sur les viennoiseries. On sent que ce que les nordiques cherchent avant tout, c’est quelque chose de nourrissant pour affronter l’hiver… les viennoiseries sont grosses, souvent un peu sèches mais avec de la crème ou du glaçage épais pour apporter encore un peu de gras à tout ça. Le parfum le plus répandu semble être la cannelle, qui est chez nous un ingrédient pas si populaire que ça. Souvent, même les viennoiseries au chocolat en contiennent également. Je ne dis pas qu’elles n’étaient pas bonnes, on a quand même apprécié, mais ce n’est pas le type de viennoiseries que l’on préfère. En fait, on a trouvé que les vitrines des boulangeries manquaient un peu de diversité. Mais peut-être sommes-nous trop difficiles ou n’avons-nous pas trouvé les bonnes ? En revanche, les quelques tartes et gâteaux que nous avons essayés nous ont conquis. J’ai apprécié retrouver à Copenhague les gâteaux à la part tels qu’on les prépare en Allemagne. On fait cuire de gros gâteaux sur des plaques rectangulaires et on coupe ensuite le tout en petits carrés, ce qui est notamment très pratique pour les gâteaux un peu secs, qui ne risquent pas de se désintégrer à la découpe. Nous avons également goûté une « Nøddetaerte », une tarte aux noix délicieuse et décadente, que je vais essayer de vous refaire rapidement pour vous donner envie d’aller y faire un saut !

En attendant, voici quelques photos prises rapidement :

 

Copenhague 1

Copenhague 2

Copenhague 3

Copenhague 4

Copenhague 5

Copenhague 6

 

Copenhague 8

Copenhague 9

Copenhague 10

Copenhague 11

Copenhague 12

Copenhague 13

Copenhague 14

Copenhague 15

Copenhague 16

Copenhague 17

Copenhague 18

Copenhague 19

Copenhague 20

Copenhague 21

Copenhague 22

Copenhague 23

Copenhague 24

Copenhague 25

Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest
 
  1. Mademoizelle Julie

    Oh! Ton article ne fait qu’amplifier ma hâte d’y être ! ☺ Je m’y rends début juin.

  2. Pingback: And so we cook| Nøddetaerte - Tarte aux noix danoise

  3. Pingback: And so we cook| ADRESSE - Coutume Instituutti, le café de l'institut finlandais à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.