Show Navigation

Kaiserschmarrn, crêpes soufflées autrichiennes aux raisins, noisettes et cranberries

Le 6 février 2016

Pour cette semaine sur le thème de la Chandeleur, je voulais vous proposer une recette de crêpe généreuse et qui change un peu. J’ai tout d’abord pensé aux crêpes épaisses aux pommes que nous faisaient ma maman quand nous étions petites mes soeurs et moi… Je crois qu’ils s’agissaient de crapiaux, peut-être que ce nom vous dit quelque chose ? Et puis finalement, j’ai opté pour une découverte : les Kaiserschmarrn.

Celles et ceux ayant déjà eu la chance d’aller faire un tour en Autriche, en particulier pour skier, auront peut-être déjà eu l’occasion d’en goûter. C’est en effet un plat qui fait partie du patrimoine autrichien et qui est souvent servi aux touristes, un peu comme nos crêpes à nous en France. Oui je parle bien de plat et non pas de dessert, car les autrichiens (tout comme les allemands) mangent parfois des repas sucrés (appelés « Süßspeise »). En général ces repas commencent par une soupe (salée donc) puis se poursuivent avec un plat sucré, comme par exemple des Dampfnüdel (pains soufflés à la vapeur), des Marillenknödel (abricots cuits dans de la pâte sucrée) ou dans notre cas, des Kaiserschmarrn, des crêpes soufflées dont la garniture varie en fonction de l’état des placards.

 

Kaiserschmarrn 3 (Copier)

 

L’origine de cette recette fait l’objet de plusieurs légendes. La plus célèbre implique l’impératrice Sissi, son mari l’empereur François-Joseph 1er et leur pâtissier. Ce dernier avait la lourde responsabilité d’inventer des pâtisseries allégées pour que Sissi conserve sa ligne. Malheureusement cette crêpe n’était pas au goût de l’impératrice et c’est François-Joseph, le « Kaiser », qui l’aurait sauvée en demandant à ce qu’on lui apporte ce « machin » (« Schmarrn » en allemand)  que leur pâtissier leur avait « trafiqué ». Contrairement à sa femme, il apprécia cette nouvelle pâtisserie qu’on appela alors « Kaiserschmarrn » : « le machin de l’empereur ».

 

Kaiserschmarrn 1 (Copier)

 

Les Kaiserschmarrn sont des crêpes épaisses mais légères, faites avec des blancs en neige, auxquelles on ajoute des fruits secs et des arachides. Souvent, on utilise des raisins secs ayant macérés dans du rhum, comme ça se fait beaucoup dans ces pays (on en a aussi dans le Stollen de Noël). Comme j’aime bien ça j’en ai mis dans ma recette, accompagnés de noisettes torréfiées et de cranberries. J’en ai faite une autre version avec de la noix de coco à la place des cranberries, c’était tout aussi bon. En fait c’est assez simple : il suffit de prendre n’importe quel mélange de fruits secs, d’arachides et de graines et d’en parsemer la crêpe tout juste versée dans la crêpière.

 

Kaiserschmarrn 4 (Copier)

 

Kaiserschmarrn 6 (Copier)

 

Comme la crêpe est lourde, il n’est pas facile de la retourner dans la poêle. Il est donc courant de la découper en morceaux au cours de la cuisson au lieu de la retourner. Cela permet également de faire dorer tous les côtés et, si vous aimez le beurre, d’en imprégner un peu plus la crêpe. Personnellement, je préfère la garder entière et découper ensuite des petits morceaux. En Autriche, les Kaiserschmarrn sont traditionnellement saupoudrées de sucre glace puis dégustées avec un peu de compote de pomme et de confiture de prune ou d’airelle. J’ai opté pour ma part pour de la confiture de fraise. Croyez-moi, au petit-déjeuner le samedi ou le dimanche, juste après une bonne séance de sport, c’est divin.

 

Kaiserschmarrn 7 (Copier)

 

Kaiserschmarrn 2 (Copier)

 

Kaiserschmarrn 5 (Copier)

 


 

Recette

 

Ingrédients – Pour 2 grosses crêpes

30 g de raisins secs

2 cs de rhum pour la cuisine

40 g de sucre

4 oeufs

graines de vanille en poudre

sel

250 mL de lait demi-écrémé

125 g de farine semi-complète

une bonne poignée de noisettes torréfiées et légèrement concassées

30 g de cranberries sèches

env 30 g de beurre pour la cuisson

du sucre glace et de la confiture pour servir

 

Environ une heure avant, mettez les raisins secs à tremper dans le rhum.

Séparez les blancs des jaunes d’oeufs.

Dans le saladier contenant les jaunes, ajoutez le sucre en poudre, la vanille et une pincée de sel.

Fouettez jusqu’à obtenir une consistance crémeuse.

Ajoutez ensuite le lait, puis la farine petit à petit, en faisant attention à ce que des grumeaux ne se forment pas. Mettez de côté.

Montez les blancs en neige.

Incorporez les blancs à la préparation précédente, en faisant attention à ne pas les casser.

Faites chauffer une poêle à crêpe à feu moyen. Faites-y fondre un bon morceau de beurre.

Versez la moitié de la préparation dans la crêpe. Parsemez immédiatement de raisins secs, cranberries et noisettes.

Quand le dessous de la crêpe est cuit et que les bords ont commencé à brunir un petit peu, soulevez-la avec une grosse spatule et retournez-la. Laissez cuire encore quelques instants.

Débarrassez sur une assiette.

Répétez le processus avec la deuxième crêpe.

A déguster chaud ou tiède en petites lamelles, avec un peu de sucre glace. Les plus gourmands pourront les tremper dans de la confiture !

Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest
 
  1. rohh comme ces crêpes ont l’air appétissantes

  2. J’adore, comme un parfum d’Outre-Rhin !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.