Sélectionner une page

Qui n’a pas connu le petit plaisir coupable des dimanches en famille ? Le millefeuille à tomber ou la mousse au chocolat après un bon repas copieux ? Quand les boulangers-pâtissiers se sont distingués des cuisiniers, les gâteaux ont eu un caractère plus festif, indissociables de la fin d’un repas. Au 17ème siècle, Antonin Carême a même publié un ouvrage de référence en pâtisserie ! Les pâtisseries ont commencé à fleurir dans la capitale pour le plus grand plaisir des gourmands à partir de cette époque!

Notre top 5 des meilleures pâtisseries strasbourgeoises

Le Dreher

Il s’agit d’une patisserie strasbourg de référence, proposant des gourmandises typiques de la région alsacienne. Ouverte tous les jours de la semaine, elle propose des bretzels, des streusels, des mauricettes ainsi que des classiques comme du cake, de l’éclair et du fondant au chocolat.

Le P’tit Caprice

Le maître-artisan qui travaille au P’tit Caprice a décidé de s’installer au cœur même du marché de Neudorf. C’est le petit détour gourmand que l’on ne raterait pour rien au monde. Avec ses petits gâteaux, ses tartes aux fruits et ses quiches, impossible de ne pas succomber ! Notre coup de cœur se porte sur les croix cannelles aux pattes d’ours, de délicieuses pâtisseries sucrées, appréciées des petits et des grands.

Le Christian

C’est un salon de thé, qui se situe à proximité de la Cathédrale à Mercière. Leurs gâteaux et desserts trônent fièrement au centre de la pièce afin de mieux pouvoir les choisir. Au menu, l’artisan qui y est présent, propose du Saint Honoré, l’indétrônable Paris-Brest, des choux ou encore des moelleux au chocolat noir, sans compter les tartes (tarte au citron, tarte tatin, tarte à l’amande…)

Sébastien Gillmann

C’est une pâtisserie française, sise en face du château des Rohan, discrète mais populaire. L’ouvrier propose des délices sucrés et salés qui ne manqueront pas de ravir les papilles. On y dégustera des viennoiseries classiques comme le croissant et le pain au chocolat ; mais on pourra aussi y déguster des macarons, des pièces montées, des gâteaux noisettes. Mention spéciale pour sa tarte au citron meringuée revisitée.

Complicithé

Une commande de petits-fours pour un cocktail ? Une commande d’entremets pour un anniversaire à fêter ? Un dimanche que l’on veut passer tranquillement chez soi à déguster des pâtisseries ? Complicithé propose un large choix de gâteaux pour une dégustation. Il sera même possible de déguster de la boulangerie artisanale avec des pains savoureux.

biscuit et cacke

La pâtisserie : d’antan à aujourd’hui

Le premier gâteau est né en Grèce, il y a de cela plus de 7000 ans. On l’a surnommé Obélias, (offrande en français) et ses principaux ingrédients étaient la farine et le miel. Vers 1720, Régnaut-Bourbon inventa les Oubliés, des pâtisseries roulées ayant la forme d’un cornet. Cette création marqua le début de la pâtisserie.

gateau

Aujourd’hui, le chef pâtissier a une parfaite maîtrise des techniques liées au froid et dispose de possibilités infinies pour décorer ses préparations.

Le visuel et l’esthétisme ont de plus en plus leur place afin que le pâtissier-boulanger puisse donner libre court à son imagination de modeler les génoises en fonction de vos festivités : la pièce montée revisitée pour les mariages ; la génoise à la vanille, au chocolat ou aux fruits rouges décorée avec le personnage BD favori des enfants ; les layers cakes pour les plus grands : les possibilités sont nombreuses.

L’histoire de la pâtisserie française en quelque date

  • En 1540, la pâte à choux a été créée par Popelini, le cuisinier de Catherine de Médicis.
  • En 1630, la pâte feuilletée voit le jour, grâce à Claude Gellée. 8 ans plus tard, on a eu droit à la première tarte aux amandes.
  • En 1660, Vatel, cuisinier du Prince de Condé, a conçu la première crème fouettée.
  • S’en suit la création de la première usine de nougat en France, en 1740.
  • Les premiers macarons, star des pâtisseries d’aujourd’hui, ont été inventés en 1793.
  • En 1879, la première bûche de Noel a été fabriquée.
  • En 1910, Louis Durand a conçu le Paris-Brest, en hommage à la course Cycliste Paris-Brest-Paris.