Show Navigation

Sauce façon houmous

Le 11 septembre 2015

Il était une fois un petit pois. Un petit pois sec, un petit pois beige, un petit pois chiche. Je le regarde à travers le verre de son bocal, au milieu de ses congénères et je me demande bien quelle peut être son histoire. Je sais que cette légumineuse est originaire du Moyen-Orient, qu’il y a par là-bas des pays où on lui voue un culte transgénérationnel. Falafel, tahin, soupe, crème, couscous, salade, houmous… il a su se rendre indispensable à la cuisine orientale traditionnelle. Tiens, en parlant d’houmous, saviez-vous qu’il s’agit du nom donné au pois chiche en arabe ? Et vous êtes-vous déjà interrogé sur son nom français ? Parce que moi, oui. Dans ma représentation mentale, j’ai toujours placé le pois chiche à part. Comme si cette appellation de pois « chiche » lui conférait une position singulière. Quand j’étais petite, bien avant que mon placard de légumineuses n’explose, la vie était plus simple et les légumes secs moins nombreux. Et surtout, chacun avait sa couleur : haricots blancs, rouges, noirs, lentilles vertes, brunes, corail… et puis le pois chiche. Enfait, « chiche » proviendrait du mot latin « cicer », qui désigne le genre du pois chiche, et n’aurait rien à voir avec l’expression signifiant « peu, un rien » qui, elle, serait issue du grec « kikkon ». On aurait aussi pu l’appeler le « pois vert » si l’histoire en avait voulu autrement, car c’est bien cette couleur qu’il prend en poussant sur son petit buisson. On le récolte comme des petits pois, en sortant les graines d’une gousse. Ensuite, ils sont mis à sécher et prennent doucement mais sûrement cette teinte beige qui nous fait rêver à l’exotisme des déserts.

Je sors le petit pois chiche de son bocal et je le pose sur le plan de travail. Lentement, je le fais rouler sous mon doigt tandis que je pose ma tête dans le creux de mon autre main. Je pense à toutes ces recettes qu’il a inspirées et à toutes celles qu’il inspirera encore. Je souffle aussi, en pensant à ma quête qui me semble sans fin : celle du parfait houmous maison. J’ai testé pléthore de recettes, pas toujours excellentes et je n’ai pas encore trouvé la bonne, celle dont je pourrai me nourrir jusqu’à la fin des temps. Et comme dans toute quête, il arrive parfois que se transforme ce qu’on croit être une bêtise en une agréable découverte.

Je vous présente donc : ma sauce façon houmous ! L’idée de départ était de réaliser un houmous avec très peu de matières grasses ajoutées, autrement dit peu d’huile, de crème, etc. Pour diluer les pois chiches j’ai opté pour l’utilisation de leur eau de cuisson comme vu chez Clotilde et pour l’onctuosité j’ai tout simplement ajouté du yaourt maigre. Le résultat obtenu est beaucoup plus proche d’une sauce salade que d’un véritable houmous. Je suis donc restée sur cette idée en ajoutant de nombreuses herbes et épices. Vous pouvez vous en servir ensuite pour assaisonner n’importe quelle salade, ou pour accompagner des falafels ou des boulettes, ou encore pour lier un plat végétarien mêlant une céréale (riz complet, quinoa, boulgour…), de la feta et tout plein de crudités (concombre, tomate, oignon…). Vous verrez, on ne s’en lasse pas !

 
Sauce facon houmous 2
 


 

Recette

 

Ingrédients

85 g de pois chiches secs

170 mL d’eau de cuisson

2 grosses gousses d’ail

10 feuilles de menthe

10 feuilles de basilic

1 cs d’huile de noisette (ou huile d’olive)

1 cs de tahini (tahin, tahiné…)

1/4 cc de piment en poudre

1 cc de sel

1 cc de graines de cumin

1 cc de graines de carvi

1 cs d’herbes de provence

150 g de yaourt maigre

 

La veille, mettez les pois chiches à tremper dans un grand volume d’eau. Si vous n’avez pas autant de temps, vous pouvez réduire la durée de trempage à 4 à 5 heures.

Rincez les pois chiches et versez-les dans une casserole avec un grand volume d’eau. Faites bouillir puis laissez cuire pendant 1h30 à 2 heures.

Lorsque les pois chiches sont cuits, récupérez-les sans jeter l’eau de cuisson : placez une passoire (ou un chinois) sur un grand saladier pour récupérer les deux ingrédients.

Pelez puis enlevez les germes des gousses d’ail.

Mettez tous les ingrédients sauf le yaourt dans un robot et mixez jusqu’à obtenir un mélange lisse. La préparation sera déjà plutôt liquide. Ajoutez ensuite le yaourt maigre et mixez une nouvelle fois.

Vous pouvez conserver cette sauce quelques jours au réfrigérateur et l’utiliser avec de nombreuses préparations : bol de riz au légume, salade de crudités, pour accompagner des pommes de terre, avec des galettes de type quinoa/tomate, tofu/curry…

Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.